Les différents types de traitements

Le traitement de la scarlatine a fait l’objet de plusieurs essais, notamment au début du XXème siècle, et plus particulièrement dans les années 20, après que l’on ait pu retrouver la trace du germe, le streptocoque, à la base des symptômes. Jusqu’alors, on confondait la scarlatine avec d’autres maladies présentant des symptômes similaires, ces affections infantiles à l’origine de rougeurs ou de boutons que l’on connaît tous. Cependant, aucun vaccin vraiment efficace n’a été trouvé pour soigner la scarlatine, en dépit des essais très nombreux qui ont été réalisés par les médecins. Ces derniers ont été de cuisants échecs, parfois conclus avec des effets secondaires très complexes, allant même jusqu’à la mort pour les patients les plus faibles. C’est alors que l’on s’est intéressé à des méthodes plus intéressantes.

Concernant le traitement de la scarlatine pour l’enfant, il est à base d’antibiotiques, seuls ces derniers sont capables de traiter efficacement la présence des streptocoques, ces micro-organismes responsables des effets de la maladie en matière de symptômes. Nous ne sommes donc toujours pas en mesure de prévenir réellement la maladie, en tout cas pas pour une population entière, même si un traitement préventif de la scarlatine peut être envisagé, afin d’éviter que la maladie ne se répande, chez les individus qui ont été en contact avec un enfant infecté. Cependant, cette lacune en matière de vaccins n’inquiète pas les autorités sanitaires, la maladie étant rare aujourd’hui, et ne faisant que très rarement l’objet de complications importantes.

Le traitement de la scarlatine pour l’entourage est également envisageable, afin que les parents ou autres enfants au contact du malade puissent être prémunis contre un éventuel risque d’infection, qui pourrait avoir lieu dans les jours à venir. Il s’agit également d’une des 31 maladies à déclaration obligatoire, auprès des autorités sanitaires, pour prévenir toute épidémie.

Ajouter un commentaire