Un traitement pour le malade

La scarlatine est une maladie sérieuse, mais qui ne donne que très rarement lieu à des complications importantes, pourvu que l’on soit soigné en bonne et due forme. Il n’y a aujourd’hui pas de véritable moyen de prévenir à long terme l’infection au streptocoque responsable de la scarlatine. En effet, comme nous l’évoquions précédemment dans ce dossier, il n’existe à ce jour aucun vaccin qui ne permette de contrer une éventuelle infection. Les essais ont été interrompus il y a très longtemps, et ne font plus aujourd’hui l’objet d’une recherche sérieuse, surtout sachant que la scarlatine peut être traitée assez facilement. Le streptocoque ne résiste pas à certaines formes d’antibiotiques, qui peuvent très facilement terrasser cette bactérie, plutôt courante de surcroît, même si elle ne donne pas toujours lieu à l’apparition d’une scarlatine.

Des médicaments pour soigner la scarlatine

C’est donc une antibiothérapie à la pénicilline qui sera mise en place dans le cadre du traitement. Celle-ci permet de se débarrasser assez rapidement de ces streptocoques, qui ne sont pas spécialement résistants pour le moment quelle que soit leur forme, dans le cadre de la scarlatine. Généralement, l’effet est rapide concernant le mieux-être de l’enfant. On administre la pénicilline durant deux jours, et la fièvre baisse, et l’état général du malade s’améliore tout de suite. Bien sûr, cela ne fait pas reculer les symptômes cutanés, qui de leur côté seront un peu plus longs à disparaître. Entre leur apparition et leur disparition totale après une desquamation, il faut compter en tout une quinzaine de jours, avec 6 jours de poussée, puis une bonne huitaine pour que les peaux mortes soient totalement évacuées par la desquamation. En cas d’allergie, on peut considérer aussi l’efficacité de l’amoxiciline.

La scarlatine n’est généralement pas dangereuse, mais ce n’est pas non plus une raison pour ne pas la prendre au sérieux. En effet, celle-ci peut également présenter certaines complications lorsque l’on ne prend pas le traitement du tout, ou du moins qu’il n’est pas suivi correctement. Sachez qu’en dépit d’un mieux-être de votre enfant, il est nécessaire de continuer le traitement jusqu’à son terme, car cette amélioration n’est pas synonyme d’une guérison précoce, simplement de l’affaiblissement de l’infection. Si les médicaments sont arrêtés avant la date fixée par votre médecin, la maladie pourrait redoubler en puissance, et alors présenter des complications parfois importantes. En effet, en cas de traitement mal suivi, on risque de voir apparaître des atteintes des articulations, des reins, mais aussi des valves cardiaques, ce qui n’est pas sans gravité bien sûr, d’où l’importance d’être très vigilant concernant la prise de l’antibiothérapie, telle qu’elle vous aura été préconisée.

Du repos avant tout

L’enfant devra également être mis au repos sur une période assez longue, généralement équivalente à une quinzaine de jours, sur prescription médicale. Durant deux semaines et jusqu’à la fin de la période durant laquelle le malade sera contagieux, il est nécessaire de le maintenir à l’écart d’autres enfants qu’il pourrait contaminer. Cependant, au delà de cette période de 15 jours et si votre enfant a repris des forces, il pourra sans nul doute reprendre ses activités tout à fait normalement.

Ajouter un commentaire