Un traitement préventif

La scarlatine est une maladie très contagieuse, puisqu’il s’agit d’une infection bactériologique, qui peut tout à fait se répandre dans l’air, par le biais des postillons émis par la bouche. Ainsi, cela peut engendrer une contamination rapide et généralisée, surtout chez les enfants de jeune âge, qui n’ont pas encore pu être immunisé, mais qui ont également perdu les anticorps, légués par la mère au moment de la grossesse. Il est relativement facile de se prémunir contre ce risque, si l’on a recours à des actes simples, de bon sens et d’hygiène, évitant bien sûr la contamination à la scarlatine, mais aussi à bien d’autres maladies plus ou moins graves ou gênantes, le tout étant de prendre les bonnes habitudes.

Une éducation à l’hygiène

Lavage des mainsD’une façon générale, il est important d’éduquer son enfant dans ce sens, afin qu’il évite quelques infections désagréables, à la scarlatine ou toute autre pathologie contagieuse. Il est tout d’abord rudimentaire et rigoureusement nécessaire de se laver les mains fréquemment dans la journée : après un passage aux toilettes, avant de manger, en arrivant à la maison, mais aussi régulièrement au cours de ses activités quotidiennes. Les enfants mettent fréquemment les mains à la bouche, ce qui est responsable de nombreuses affections virales ou bactériennes, pouvant être aisément évitées par le biais de ces gestes très simples, mais salvateurs. Avec les mains propres, l’enfant pourra mettre ses doigts dans sa bouche sans risquer quoique ce soit. C’est un geste qu’il est utile d’enseigner dès le plus jeune âge, quand l’enfant est bien sûr en mesure de le faire lui-même et de le comprendre.

Certaines choses ne se partagent pas

Second point important, sachant que la plupart du temps, la maladie est présente dans la salive du patient, dû à l’infection des muqueuses par les toxines, il sera aussi essentiel d’éviter d’avoir un contact avec tout ce qui aura été touché par la bouche des autres. Ainsi, on évite rigoureusement de boire dans les gobelets des autres, ou d’utiliser des couverts dont se serait servi quelqu’un d’autre. Ce petit geste supplémentaire permettra d’écarter une fois encore l’apparition de la scarlatine. Et ce n’est pas uniquement valable pour les verres, gobelets et couverts dont se sera servi une personne atteinte, puisque lors de l’incubation, aucun signe de la maladie n’est repérable, et la contagion est déjà présente.

Se protéger en présence d’un malade

Enfin, si votre enfant est contaminé, il est nécessaire, en sa présence, d’éviter de respirer l’air qu’il expire, à cause des postillons qui peuvent être émis. Ainsi, pensez à porter vous-même un masque pour couvrir votre nez ou votre bouche, ou à le suggérer à votre enfant. Si vous l’expliquez, cette initiative sera parfaitement bien prise par votre petit malade.

Ajouter un commentaire